La guerre en Ukraine et l’insécurité alimentaire mondiale


Chronique rédigée par Arnaud Zacharie (ULB/ULiège/CNCD-11.11.11), publiée en primeur sur le site du Soir



La guerre en Ukraine a exacerbé la flambée des prix des matières premières énergétiques et agricoles, ce qui menace la sécurité alimentaire de millions de personnes dans les pays en développement. L’indice des prix des produits alimentaires de la FAO (Food and Agriculture Organisation) a augmenté de 12,6% en mars 2022 et a atteint son plus haut niveau jamais enregistré. La hausse des prix alimentaires affecte de manière disproportionnée les plus pauvres, car ils dépensent une part plus importante de leurs faibles revenus pour se nourrir. En moyenne, la part de l’alimentation dans les dépenses totales des ménages atteint 40% en Afrique subsaharienne, contre 17% dans les pays riches.


Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que la guerre en Ukraine pourrait entraîner «un ouragan de famines» dans de nombreux pays. La FAO a estimé que 8 à 13 millions de personnes supplémentaires pourraient basculer dans la malnutrition en raison des conséquences de la guerre en Ukraine, en particulier en Afrique et au Moyen-Orient. La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement a identifié une trentaine de pays en développement qui dépendent à plus de 50 % de l’Ukraine et de la Russie pour leurs importations de blé. Alors que l’Ukraine et la Russie concentrent respectivement 10% et 24% des exportations mondiales de blé, la fermeture des ports de la mer Noire sous blocus de la Russie et la perturbation des chaînes d’approvisionnement ont rendu ces exportations difficiles, voire dans certains cas impossibles. Près de 6 millions de tonnes de blé (représentant environ 20% de la production ukrainienne) ont ainsi été bloquées dans des navires.


Les ressorts de la flambée des prix alimentaires


La guerre en Ukraine n’est cependant pas l’élément déclencheur de la hausse des prix alimentaires, qui a débuté dès 2021. Selon la FAO, l’indice des prix alimentaires a augmenté de plus de 33% entre mars 2021 et mars 2022. Il avait atteint un premier pic fin 2021, dépassant les pics précédents de 2008 et de 2011, qui avaient respectivement débouché sur des émeutes de la faim dans quarante pays en développement et sur le «printemps arabe». Cette augmentation des prix alimentaires s’explique par les ruptures d’approvisionnement engendrées par les conséquences de la pandémie de covid, mais aussi par l’augmentation du prix des énergies fossiles dont dépend l’agriculture industrielle.


D’une part, les contraintes d’offre causées par les difficultés logistiques et les perturbations climatiques ajoutées au rebond de la demande (notamment en Chine) ont provoqué une hausse des prix des céréales affectant en particulier les zones rurales des pays à faible revenu (1). D’autre part, les coûts de production agricole sont directement affectés par la flambée des prix du pétrole et du gaz utilisés pour les machines agricoles, les engrais azotés, le transport et la transformation des produits agricoles (2). Les investisseurs financiers exacerbent le phénomène à travers les fonds indiciels de matières premières (Commodity Index Funds) qui leur permettent de spéculer sur des paniers de différentes matières premières énergétiques, agricoles et minières.


On observe par ailleurs une augmentation continue de la malnutrition dans le monde depuis 2014: le nombre de personnes souffrant de la faim était ainsi passé selon la FAO de 600 millions à près de 800 millions entre 2014 et 2020. Cette insécurité alimentaire croissante s’explique essentiellement par les conséquences des conflits et du changement climatique, qui s’ajoutent à la flambée des prix actuelle pour aggraver la faim dans le monde–comme en Afrique de l’Est où des millions de personnes sont en train de basculer dans la famine en raison de la sécheresse.


À court terme, des solutions existent pour compenser les problèmes d’approvisionnement. Plusieurs pays exportateurs, comme l’Australie, ont réalisé de très bonnes récoltes qui pourraient bénéficier aux pays dans le besoin. À ce stade, il n’y a donc pas de pénurie et les stocks disponibles devraient suffire pour assurer les approvisionnements. En revanche, ces stocks ne pourront être livrés qu’à des prix élevés.


La hausse des prix alimentaires est en outre aggravée par les restrictions des pays exportateurs qui cherchent à préserver leur production pour leur consommation domestique. Entre le 23 février et le 7 avril, trente-huit nouvelles mesures d’interdiction ou de restriction des exportations de produits agricoles ont été adoptées par vingt pays (Russie, Serbie, Hongrie, Macédoine du Nord, Egypte, Indonésie, etc.). Dans le cas des interdictions d’exportations de blé, elles sont responsables d’un sixième de l’augmentation des prix mondiaux du blé (3). Le risque est que ces mesures se généralisent, avec pour effet d’aggraver les ruptures d’approvisionnement et l’augmentation des prix. Ainsi l’Inde, qui avait dans un premier temps annoncé disposer d’importants stocks de blé et être en mesure de compenser la réduction des exportations ukrainiennes, a finalement adopté le 13 mai des mesures d’interdiction des exportations de blé en raison de la terrible sécheresse qui affecte sa production.


Les risques de crise alimentaire


Tous les pays en développement qui dépendent des importations de blé n’ont pas les mêmes marges de manœuvre pour faire face à la flambée des prix. D’une part, le blé n’est qu’un aliment marginal ou complémentaire dans des dizaines de pays où il peut donc être assez facilement remplacé par des denrées locales comme le sorgho, le mil, le niébé, l’igname ou le manioc. Le fait que le riz soit épargné par la flambée des prix est en outre une bonne nouvelle pour les pays importateurs–en particulier en Asie du Sud et en Afrique de l’Ouest. D’autre part, plusieurs pays qui dépendent des importations de blé sont aussi des exportateurs d’énergies fossiles et peuvent dès lors compenser le coût élevé des importations par les recettes accrues des exportations de gaz et de pétrole.


En revanche, plusieurs pays très dépendants sont beaucoup plus vulnérables à court terme, comme la Tunisie, le Liban, le Yémen ou l’Egypte (4). Des pays comme la Tunisie et l’Egypte subventionnent massivement le prix du pain pour protéger le pouvoir d’achat des populations, mais le coût de ces subsides alimentaires pèse de plus en plus sur les budgets de ces pays qui sont déjà lourdement endettés. L’instabilité des marchés mondiaux et l’insécurité alimentaire mondiale risquent en outre d’être aggravées si la guerre se prolonge et met en péril les prochaines moissons en Ukraine, qui seront immanquablement réduites (5).


Comment éviter une crise alimentaire mondiale? À court terme, les pays les plus vulnérables ont besoin d’une aide financière pour s’approvisionner en denrées alimentaires. Le Programme alimentaire mondial (PAM) doit soutenir en priorité les pays d’Afrique et du Moyen-Orient, mais sa marge d’action est limitée. Son approche a évolué depuis 2008 et le PAM cherche désormais à développer les achats locaux, mais dans des proportions encore trop faibles. En 2021, le PAM s’est procuré près de la moitié de ses céréales en Ukraine et il fait face à un important déficit de financements (6). Plusieurs mois peuvent en outre s’écouler entre le lancement d’un appel du PAM et la livraison de l’aide alimentaire aux populations. Or il n’existe pas de mécanisme contraignant pour obliger les pays producteurs à lui fournir une aide alimentaire en cas de crise. Il n’existe pas non plus de système multilatéral de gestion des stocks alimentaires permettant de réguler les marchés agricoles. Le système a été largement privatisé et les stocks mondiaux sont détenus par les grands groupes privés comme Cargill, Louis Dreyfus, Bunge ou Archer Daniels Midland. Il n’y a donc pas de transparence sur les niveaux des stocks disponibles, d’autant que ces grands groupes ont intérêt à maintenir le doute pour maintenir la hausse des prix dont ils peuvent tirer profit.


Les mesures permettant d’éviter la multiplication des restrictions aux exportations permettraient de réduire les ruptures d’approvisionnement et les prix agricoles. L’initiative de la Commission européenne visant à établir des voies permettant l’exportation des produits agricoles ukrainiens autrement que par la mer Noire aurait le même effet. D’autres mesures comme la suspension du soutien aux agrocarburants ou la lutte contre la spéculation alimentaire contribueraient également à enrayer la volatilité des prix.


En revanche, l’abandon par l’Union européenne des objectifs environnementaux de son projet «De la ferme à l’assiette» dans le but de produire davantage pour nourrir le monde, comme le demande le lobby agroalimentaire européen Copa-Cogeca, serait une erreur (7). Cela n’aurait qu’un impact marginal sur l’offre mondiale mais aurait des conséquences environnementales négatives. Or le modèle agroindustriel est insoutenable. L’agriculture est à la fois vulnérable au changement climatique et responsable du quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre, de la dégradation des sols et de la biodiversité.


À moyen et long terme, les pays en développement ont besoin d’assurer leur souveraineté alimentaire durable en augmentant leur propre production selon des pratiques agroécologiques (8). Cela leur permettrait de mettre fin aux crises alimentaires récurrentes que favorisent leur dépendance aux importations et leur vulnérabilité au dérèglement climatique et à la volatilité des prix. En utilisant le potentiel des différents écosystèmes, l’agroécologie permet des rendements élevés sans utilisation d’engrais chimiques, de pesticides ou d’énergie fossile (9). Plus intensive en travail et moins dépendante des intrants industriels, elle permet en outre d’augmenter l’offre d’emploi et de réduire l’endettement des producteurs–deux qualités importantes dans un monde où plus de quatre personnes sur dix vivent de l’agriculture et où la majorité des personnes qui souffrent de la faim sont des paysans qui n’arrivent pas à vivre de leur production.



(1) De Perthuis C., «L’inquiétante flambée des prix des matières premières», The Conversation, 25 octobre 2021.

(2) De Schutter O., «Crise des prix et résilience des systèmes alimentaires», Imagine Demain Le Monde, mai-juin 2022.

(3) Espitia A., Evenett S., Rocha N. et Ruta M., «Widespread food insecurity is not inevitable: Avoid escalating food export curbs», VOX, 4 mai 2022.

(4) De Ravignan A., «Ce que la guerre en Ukraine dit de la famine», Alternatives Economiques, 9 mai 2022.

(5) De Perthuis C., «Ukraine: pourquoi la guerre est aussi une menace pour la sécurité alimentaire mondiale», The Conversation, 8 mars 2022.

(6) Maxwell D., «War in Ukraine is pushing global acute hunger to the highest level in this century», The Conversation, 27 avril 2022.

(7) Bricas N. et al., «Prétendre éviter des crises alimentaires en Afrique et au Moyen-Orient en relançant la production agricole européenne serait une erreur», Le Monde, 1 avril 2022.

(8) Nubupko K., «L’enjeu est d’augmenter la production agricole en Afrique», Le Monde, 1er avril 2022.

(9) Dufumier M. et Le Naire O., L’agroécologie peut nous sauver, Actes Sud, 2019.

3 views0 comments